Réforme du lycée : communiqué de l’UPA

L’UPA (Union des professeurs des classes préparatoires aux grandes écoles agronomiques, biologiques, géologiques et vétérinaires) s’inquiète de la réforme de la voie générale du lycée.

Les parcours proposés en Première permettent bien le choix de trois disciplines scientifiques de spécialité nécessaires à la réussite ultérieure des étudiants dans les domaines de la biologie et des géosciences (mathématiques, physique-chimie, SVT). Mais la construction envisagée en Terminale interdit la poursuite de l’étude des trois champs disciplinaires, avec l’absence d’enseignement de SVT ou de physique-chimie lorsque sera choisie la discipline de spécialité mathématiques.

Cette construction restreint de manière considérable la formation des élèves et ferme de manière prématurée les horizons d’orientation.

L’UPA demande donc que la construction d’un bagage scientifique complet soit garantie en Terminale pour les étudiants s’engageant ensuite vers les domaines de la biologie et des géosciences, ce qui requiert la mise en place d’enseignements facultatifs significatifs en physique-chimie et en SVT, complétant selon les cas les disciplines de spécialité, comme le sont proposés les enseignements facultatifs de mathématiques.

De manière plus générale, l’UPA regrette que le renforcement du tronc commun en humanités, au détriment du socle scientifique indispensable à tout citoyen du XXIème siècle, et la disparition de mineures, initialement envisagées dans le projet de P. Mathiot, conduisent à une altération préjudiciable de l’équilibre entre disciplines scientifiques, en termes de choix, d’orientation et de formation.

Laissez une réponse